Une ballade chez les Pomaks, dans les monts du Rhodope – 4 juin 2010

HomearchivesUne ballade chez les Pomaks, dans les monts du Rhodope – 4 juin 2010
Post Image

En partenariat avec la Maison de l’Europe et d’Orient, cette soirée s’inscrit dans le cadre du Festival de Printemps de Paris.

VOIR TOUTES LES PHOTOS

Les monts du Rhodope sont une chaîne montagneuse qui constitue la frontière naturelle entre deux Etats-Nations, la Grèce et la Bulgarie. C’est là que vivent les Pomaks. Partagés entre les deux pays, ils sont slavophones et ils sont reconnus en tant que « minorité musulmane ».  C’est une population marginale qui a subi les conséquences des politiques nationales et qui reste jusqu’aujourd’hui « un enjeu » pour la politique extérieure de chacun des deux pays. Au-delà de la politique, cette soirée consacrée aux Pomaks de la Grèce et de la Bulgarie, va se déployer à travers les images, la musique, l’histoire et la parole de chacun.

Ces communautés pomaks sont peu connues et encore moins étudiées, tandis que les études parallèles entre la Grèce et la Bulgarie au sujet des Pomaks sont quasi-inexistantes.

PROJECTIONPlus tu parles… plus tu pleures (Grèce, 2007, 75 mn) Film documentaire de Dimitris Kitsikoudis – Trois anthropologues, un historien, un islamologue et plusieurs Pomaks nous emmènent dans les montagnes du Rhodope, situées dans les Balkans, à la frontière entre la Grèce et la Bulgarie, afin de rencontrer  la population pomak et connaître son histoire, sa culture, ses problèmes, ses peurs et ses espoirs.

CONFÉRENCES

Mythes historiques concernant les Pomaks par Bernard Lory, historien, spécialiste des Balkans.  Maître  de  conférences  à  l’INALCO  et  directeur-adjoint  du  Centre  d’études  slaves de l’Université Paris IV – Sorbonne.

L’évolution de l’univers musical chez les Pomaks : pratiques et enjeux par Eftychia Droutsa, ethnomusicologue et membre de l’association ethnomusiKa.

CONCERT – Trio Tzane Le Trio Tzane, c’est l’histoire de la rencontre à Paris de trois femmes, trois nationalités, trois  univers  qui  se  racontent  des  histoires  si  différentes  et  si  similaires  à la  fois, en chantant pour cette soirée des chants pomaks de Grèce, de Bulgarie et de Turquie.

PHOTOGRAPHIES – Invité par un groupe d’artistes bulgares en charge d’un projet européen de résidences à Tchamla, village abandonné, Ghislain Sénéchaut a réalisé un  travail photographique dans la région, du côté bulgare, en 2003 et 2007. Il présentera  son travail au cours de cette soirée.


vendredi 4 juin – 19:00
à la MEO – Entrée libre

Maison de l’Europe et de l’Orient
3, passage Hennel – 75012 Paris
Accès par le 105 av Daumesnil
ou le 140 rue de Charenton

Correspondant ethnomusiKa : Eftychia Droutsa